• Alexis Mahalin

Être heureux dans sa formation ? Vers l’expérience optimale

Dernière mise à jour : 14 avr.


Former ne rime pas avec simplicité


Savoir si vos collaborateurs ont apprécié votre formation n’est pas toujours évident. En effet, former n’est pas une tâche aussi simple qu’on pourrait le croire. À la fin d’un parcours de formation, il n’est pas rare de trouver une évaluation de la seule satisfaction des apprenants. Il est important de poser quelques questions pour avoir un retour sur leurs expériences mais surtout sur l’efficacité de votre formation.


• Avez-vous pris plaisir à suivre la formation ?

• Avez-vous ressenti un moment d’ennui ?

• Avez-vous conservé votre motivation ?

• Pensez-vous avoir appris quelque chose ?

• Serez-vous plus efficace de retour sur le terrain ?


Ces questions, qui ne sont qu’une poignée parmi tant d’autres, sont congruentes avec un concept, mis au point par le psychologue hongrois, Mihály Csíkszentmihályi vers 1975 : le flow ou expérience optimale.


Ce concept, tout ingénieur pédagogique souhaite aujourd’hui l’atteindre chez le collaborateur lorsqu’il construit une formation. C’est bien joli de concevoir des formations avec de la vidéo ou de la réalité virtuelle ! Toutefois, si le contenu ne suit pas, l’intérêt suscité par la formation sera dévastateur pour le collaborateur : perte de la motivation, non-utilisation des contenus, perte de l’attention. Cela ne rime pas avec montée en compétences et hausse de la performance.


Les choix effectués lors de la conception sont donc à réfléchir avant de concevoir. Comme on dit chez Flowbow, le fond avant la forme !


Commençons par le commencement !


Définir le flow n’est pas simple. Ce concept représente l’état mental ressenti lors d’une activité considérée comme immersive par l’individu. Au bout du compte, le flow correspond à un moment de rupture entre le plaisir ressenti et la concentration… Faisant de ce moment, une échappatoire.

Dans le domaine du sport par exemple, la performance et la passion d’un athlète est si intense, qu’il ne ressent plus rien de ce qui l'entoure si ce n’est la tâche qu’il effectue ! Voici l’état de flow à son paroxysme.


En tant que formateur, on se doit, lors de la conception d’une formation, de proposer aux collaborateurs une expérience qui pourrait s’approcher de cet état, une sensation de bonheur intense grâce au travail.


La France est un pays d’inventeur ! Comment ne pas citer l’invention de la montgolfière ou la fameuse mayonnaise. Dans ce cas, il est temps de réinventer l’apprentissage en y associant le concept de flow.



La question demeure :


Comment acquérir cet état de flow ?


Comment faire comprendre à notre cerveau que la situation d’apprentissage que l’on vit représente le bonheur d’apprendre ? Quelle méthode adopter pour atteindre nos objectifs ? Tout se trouve dans les détails de chaque action que vous menez.


Il faut concevoir intelligemment


Pour nous aider à comprendre comment atteindre l'expérience optimale, J.Nakamura et M.Csíkszentmihályi ont identifié plusieurs aspects permettant au cerveau de « vivre dans la zone ».

Examinons cela sur le plan pédagogique :


• Une concentration intense


Si je suis stimulé par des choix, si l’environnement de travail est agréable alors au niveau neurologique comme psychologique, l’apprentissage sera plus favorable et persistant puisque ce que j’apprends, m’intéresse.

Tout est question de psychologie. Plus vous réussirez à capter l’attention de votre collaborateur, plus il sera concentré et ressentira un sentiment de bonheur en effectuant une tâche, plus sa montée en compétences s’effectuera naturellement, sans qu’il en ait réellement conscience.


• L’immersion totale


Le collaborateur est tellement immergé dans sa formation qu’il ne se rend même plus compte de ce qui l’entoure. Il en découle alors un nouvel aspect : le temps.

L’individu est tellement inondé d’intentions positives qu’il ne voit plus le temps passer. On a tous déjà connu ce sentiment du temps qui passe trop vite. Si vous avez ce sentiment au travail, vous êtes à votre place !


• La conscience de soi


Le contenu de la formation transcende le collaborateur. Il ne se rend même plus compte qu’il prend part à sa formation. Il opère ses propres choix, il sait ce qu’il doit faire car il est guidé (tutoriels, mise en situation, etc). Finalement, le collaborateur prend confiance en ses capacités et ses connaissances pour monter en compétences.


Des aspects de l’état de flow, il en existe d’autres. Cependant, si quelques-uns de ces aspects sont identifiés par le collaborateur lors de sa formation, il atteindra probablement l’expérience optimale ainsi que les objectifs qui y sont associés. Pour que le concept de flow soit atteint, il est nécessaire de prendre en compte deux autres paramètres tout aussi importants : la rétroaction et la difficulté.


1 - La difficulté de la formation doit être adaptée au collaborateur. Cela lui permet de se situer par rapport à son niveau actuel. On parle alors de pédagogie différenciée. Le but étant d’atteindre un niveau permettant de challenger le collaborateur, en connaissant ses limites en termes de capacité. La difficulté de la formation doit être équilibrée (ni trop simple, ni trop complexe).

Si le challenge est respecté, le collaborateur prendra plaisir à effectuer la formation qui lui est proposée et cela, tout en cumulant la montée en compétence.


2 – La rétroaction est hyper importante ! Dès lors que le collaborateur termine un module de formation ou autre, il est impératif de construire un bon feedback. La rétroaction doit être régulière et en quantité suffisante. Elle doit également être dynamique !

La rétroaction, ou feedback, doit apporter de nouvelles informations pour aller plus loin dans la démarche proposée. Elle peut aussi permettre à un collaborateur qui serait en difficulté de ne pas rester bloqué lors d’une tâche. Cela l’agacerait il perdrait en motivation et donc abandonnerait sa formation. Ne négligez pas la capacité d’un apprenant à rester motivé ! Optez pour la méthode la plus appropriée et optimale. Il faut que vous captiez toute son attention pour espérer lui faire atteindre l’état de flow.


En construisant intelligemment vos formations, vous serez à même de proposer à vos collaborateurs une montée en compétence idéale !



Un véritable défi pour les concepteurs


Respecter l’ensemble des critères apparaît comme un rêve éveillé. La probabilité de répondre à tous ces aspects est quasi nulle. Nous restons humains et nous commettons des erreurs. Il faut cependant essayer de prendre en considération ces différents aspects avec comme objectif que le collaborateur atteigne l’expérience optimale.


Alors, pour atteindre vos objectifs lors de vos prochaines formations, faîtes fonctionner votre jus de cerveau. 😉 C’est un réel défi, mais vous pouvez y arriver ! (Si, si ! Les paris sont lancés ! Il vous suffit de tenter plusieurs expériences !) Nous attendons votre feedback ! 😋



 

Abonnez-vous à notre newsletter !