• Jonathan Piarrat

Formation Digitale : la compétence au bout des doigts…

Dernière mise à jour : 22 mars



Digital, digitalisation, transformation digitale, tous ces termes font aujourd’hui partie de notre quotidien aussi bien en entreprise, qu'à l'école mais aussi pour nos achats. Pour certains c’est naturel, pour d’autres une angoisse profonde, pour la plupart, il s’agit juste “d’un truc avec de la technologie dedans, sur internet”. Souvent, les individus associent « la formation digitale » aux outils qui forment à tout ce qui se réfère au marketing et à la communication. Ils ne pensent pas au fait que c’est possible de digitaliser des formations qui ne portent pas sur des outils digitaux ou qui ne concernent pas le domaine du digital, du web, des réseaux sociaux


Ce mot a envahi notre quotidien et pourtant combien sont ceux qui peuvent réellement dire ce que cela couvre exactement ?


Quand on pense à « formation digitale » on pense au marketing sur le web, à internet, au numérique directement. Pourtant, ce n’est pas forcément le cas ! Le but d’une formation digitale est d’opter pour une transformation intelligente d'une formation présentielle afin qu’elle soit adaptée à être suivie à distance (ou en blended learning).


Dans le monde de la formation, quand on fait une communication autour de la digitalisation, on entend très vite : “C’est la fin du présentiel !”, “C’est que du marketing” ou encore “Les outils gadget, merci mais non merci”. La diminution du lien social fait peur, on le sait… Pourtant ce n’est pas si terrifiant que ça ! Le digital learning n’est pas synonyme de « disparition du lien social » ou « la fin de l’apprentissage comme à l’école » pour ceux qui aiment ça.

Quand on parle de digitalisation de formation, en tous les cas chez flowbow, c’est d’abord et avant tout pour permettre à chaque modalité pédagogique d’être utilisée à bon escient, pour être le plus pédagogique et le plus efficace possible.

Ainsi, digitaliser une formation en entreprise revient souvent à mettre en place tout un système pour permettre la diffusion de savoirs, de connaissances théoriques, au plus grand nombre, sur le lieu de travail, sans avoir à dédier un expert métier ou un formateur sur place. Dans ce cas-là, le digital est un vrai gain de temps pour les formateurs et pour un responsable de formation.



Par système à mettre en place, on parle ici de pouvoir créer des modules de formation en ligne (les fameux e learning) et de les diffuser sur une plateforme, les fameux LMS (pour Learning Management System).


Cette mise en place est souvent au cœur du problème, car on voit la digitalisation de formation comme une suite d’outils plus ou moins design et de techniques à mettre en place avant de se poser les bonnes questions, à savoir :

  • Quelles sont les compétences que je souhaite acquérir ?

  • Quelles sont les données dont j’ai réellement besoin sur le suivi de ces formations ?

  • Comment mes collaborateurs vont-ils pouvoir s’approprier ces nouvelles modalités ?

  • Quels sont les parcours de montée en compétences possibles ?

  • Quel est le niveau initial de mes collaborateurs apprenants ?

Ainsi, au travers de ces quelques questions on voit bien que l’ingénierie de formation a toute sa place. Il est essentiel de remettre au cœur de la réflexion le besoin opérationnel et pédagogique réel de l’entreprise et des apprenants. C’est une question de stratégie de conception, de création, de gestion qui permet d’améliorer vos formations

Alors, bien sûr, si la plateforme facilite l’utilisation du CPF (quand elles y sont éligibles bien sûr), permet de sortir les bons documents pour les OPCO, délivrer des certifications, c’est un vrai plus, c’est sûr, mais n’oublions pas qu’il s’agit d’administratif uniquement.

Préférez-vous la qualité administrative à la qualité pédagogique ?



Car bien souvent le système parfait n’existe pas, surtout dans le domaine de la formation, les avis divergent régulièrement et les compétences de vos apprenants sont souvent hétérogènes.

Pour mettre en place le digital learning dans son entreprise il faut d’abord et avant tout être réaliste et viser des objectifs concrets qui permettront de mesurer l’efficacité du système.

Tester la digitalisation de formation, sur une de vos formations phare, est une bonne idée. Cela permettra de mesurer rapidement les écarts d’efficacité et de satisfaction des apprenants. Encore une fois, la digitalisation de la formation ne signifie pas pour autant faire “Tout en digital” et supprimer le présentiel ! C’est l’objectf de cette expérience : le blended learning, le contenu de la formation est pensé pour que le distanciel et le présentiel soient incorporés.


La réflexion de fond qui doit être menée est bien la suivante :

À quel moment l’expert ou le formateur est-il le plus utile ?

Bien souvent on se rend compte que toute une partie du contenu de la formation qui était délivrée en présentiel pourrait l’être en module e learning, permettant ainsi au formateur de passer son temps à échanger avec les apprenants, à répondre à leurs questions, et ainsi creuser les difficultés, s’assurer de la bonne compréhension de chacun, et donc de leur montée en compétence.

Enfin, on a également vu les technologies et le numérique être utilisées dans les moments de présentiel. Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir en formation les apprenants sortir leur smartphone, jouer sur un écran interactif, mettre un casque de réalité virtuelle etc. La seule condition pour que tous ces éléments ne soient pas des gadgets, est qu’ils doivent répondre à un réel enjeu pédagogique, à un objectif concret pour lequel sans cet objet digital, l’acquisition de la compétence se ferait plus difficilement.

On voit bien ici toute la place que j’accorde à l’ingénierie pédagogique, à cette dimension qui fait de nous des architectes de parcours de montée en compétence plus que des “digitalisateurs” de présentiels (pardon pour le néologisme). L’objectif est d’améliorer vos formations pour vos collaborateurs, mais aussi par répercussion pour leurs managers et donc in fine tous les responsables de l’entreprise.

En effet les technologies sont en marche et ont envahi notre quotidien, Google, le Big Data, le Digital sont des mots entrés dans le dictionnaire, mais cela ne nous autorise pas à les utiliser n’importe comment et pour n’importe quoi.


Il faut réussir le pari de dresser un contenu à la fois instructif et avec une réelle stratégie pédagogique, tout en faisant oublier le terme de « distance » socialement parlant à vos apprenants grâce à une bonne gestion des outils digitaux lors de la création de vos formations.

Alors oui à la formation digitale, oui aux technologies, du moment que cela a été réfléchi !

Vous n’y croyez pas ? Tentez l’expérience ! Vous allez très certainement changer d’avis ! On lance les paris. 😉


 

Abonnez-vous à notre newsletter !