• Alexis Mahalin

Le tutorat, véritable clé de l’engagement de vos apprenants



Le tutorat en entreprise


Le tutorat pédagogique pourrait devenir incontournable dans l’intégration d’un collaborateur ou dans l’accompagnement de sa montée en compétences. Les projets tutorés peuvent être perçus comme une formation interne favorisant la réussite et le droit à l’erreur des collaborateurs. La mise en place d’un tutorat d’entreprise, son périmètre, ses actions, sa place, doit être réfléchie en amont par votre équipe pédagogique.


Le problème du tutorat est qu’il est très souvent sous-estimé, voire ignoré, alors qu’il s’agit d’une véritable pratique pédagogique professionnelle, une vraie méthode d’accompagnement pour un enseignement et un apprentissage plus efficace.



Il est non seulement utile pour l’intégration et/ou la montée en compétences de l’ensemble des vos collaborateurs, mais également pour le tuteur lui-même, cela le valorise, développe son engagement dans votre entreprise et lui donne des perspectives de développement, notamment sur le plan organisationnel et pour la transmission de connaissances qu’il a de l’organisation au-delà de sa propre expertise.


En entreprise comme à l’école, le tutorat se présente de deux manières :

• Première pratique :

Les tuteurs qu’on pourrait nommer managers, accompagnent les collaborateurs tout au long du projet tutoré. Ils prennent le rôle d’expert comme on pourrait l’observer entre des enseignants et des étudiants au sein de l’éducation, à l’école.


Dans le milieu professionnel, le parcours d’intégration est un excellent exemple pour illustrer le projet tutoré. Ainsi un manager, pas forcément le “n+1” des nouveaux, peut prendre en charge le tutorat des collaborateurs en intégration et ainsi les aider à s’intégrer dans une nouvelle organisation, en comprendre plus rapidement les codes, les modes de fonctionnement, le lexique, les acronymes etc. C’est un véritable plus pour une intégration réussie.



• Seconde pratique :

Le tutorat s’effectue par les pairs. L'enjeu ici est de travailler sur la différenciation professionnelle. Chaque individu a ses propres compétences, sa propre expérience et méthodes de travail. En travaillant en groupe sur certains objectifs (brainstorming), cela développe l’intelligence collective et accentue le “social learning”. L'expérience collaborateur est donc très importante et enrichissante. Enseigner ses méthodes ou transmettre son savoir à ses collègues est un bon moyen d’apprentissage.


Le tutorat n’est pas un enseignement ou une mission à prendre à la légère. Le tuteur, quel qu’il soit, doit y être formé. Dans cette mission, la pédagogie et les ressources pédagogiques mises en place ont une importance capitale. Il doit connaître quelques méthodes d’apprentissages et les différentes modalités pédagogiques mises en place pour s’assurer de mettre en œuvre une pédagogie digne de ce nom pour ses apprenants.


Le tutorat a-t-il sa place au sein d’une entreprise ?



Les pratiques pédagogiques utilisées pour rendre possible la montée en compétences d’un collaborateur sont diverses et variées. Cependant, démultiplier les modalités pédagogiques, e-learning, classe virtuelle, présentiel, sans lien entre elles peut devenir un problème pour vos collaborateurs. De plus, l’enseignant, le formateur, l’expert qui intervient peut manquer de connexion avec les apprenants. Ainsi, mettre du lien entre les modalités, accompagner un parcours de montée en compétences apparaît vite indispensable.


La pédagogie mise en œuvre dans la première année d’intégration du collaborateur est un facteur bonifiant pour le développement et l’atmosphère au sein de l’entreprise. Mal construite, l’intégration peut virer au cauchemar, tant sur la réussite que sur l’organisation et ainsi générer de grandes difficultés tant pour la société que pour les nouveaux venus.


Notre conseil : Le tutorat.

Il permet un accompagnement personnalisé et/ou encadré. Son rôle est simple, diminuer les risques d’un départ prématuré, limiter le turn-over, développer l’engagement des tutorés et du tuteur envers leur entreprise.


Pourquoi mettre en place un tutorat ?


Une intégration ou parcours de formation réussi(e), consolide les acquis, favorise la montée progressive des compétences et un approfondissement des connaissances et peut même intégrer une dimension sociale si le tutorat est encadré par les pairs ou un manager référent de l’entreprise.


La mise en place d’un tutorat n’est pas uniquement utile aux nouveaux arrivants. L’apprentissage par les pairs, ou la formation interne des collaborateurs encadrée par un tuteur, développe les savoir-faire collectifs de l’entreprise. Continuer d’apprendre tout au long de sa carrière est le secret de la réussite.


Lors d’une tâche ou d’une action à mener, il y aura toujours une personne compétente pour apporter des réponses à certains doutes et apporter des solutions à des difficultés rencontrées. Comme on dit, chaque problème a sa solution ! Et si celle-ci peut être amenée par un pair et renforcer les liens dans un groupe, quoi demander de mieux ?


« Et le rôle des tuteurs dans tout ça ? »


Quand le tuteur a un rôle d’accompagnateur (intégration d’un collaborateur), il doit se rendre disponible ! Accompagner n’est pas synonyme de délaisser, bien au contraire.


Si le tutorat est effectué par les pairs, le tuteur responsable doit s’assurer de la bonne compréhension et du bon déroulé de l’intégration ou des objectifs à atteindre lors d’une formation. Les bilans tutorés sont souvent la solution adaptée pour répondre à ces besoins.


Et comment ça fonctionne ?


Votre meilleur ami dans cette activité : les logiciels tableurs (type Excel – Google Sheet). Avant de vous lancer dans un projet tutoré, la conception de votre parcours ou de votre atelier doit être organisée pour être opérationnelle.


Je vous entends déjà dire “Oh non… Pas ça !” Mais, pourtant, les tableurs sont des logiciels très pratiques pour s’organiser !


Voici 4 grands points à aborder dans votre préparation « Projet tutorat »


1] Comprendre mon besoin

Mettre en place un tutorat est une excellente idée mais, pourquoi opter pour ça ? Quel est mon vrai besoin ? Quelle est la raison de cette mise en place ?



  • Je souhaite intégrer mon collaborateur ?

  • Je souhaite approfondir un thème en particulier ?

  • Je souhaite faire découvrir un nouveau secteur de l’entreprise pour favoriser le recrutement en interne ?

  • Je souhaite assurer une montée en compétences complète tout au long d’une parcours de formation ?


Vous voyez, il y a beaucoup de questions auxquelles il est nécessaire d’apporter une réponse. En somme, convenir du thème précis à mettre en œuvre avant de vous lancer dans votre projet.


2] Définir mes objectifs

Une fois le(s) thème(s) identifié(s), il est important de définir l’objectif principal de vos thèmes.

Prenons un exemple : la découverte d’un nouveau logiciel. Quel pourrait être l’objectif principal de ce thème ?


• Être capable d’utiliser le logiciel de façon autonome sur les principes de bases.


Maintenant, comment atteindre cet objectif ?


Pour ce faire, il est nécessaire de définir des actions à l’intérieur de ce thème, elles-mêmes nécessitant un objectif pédagogique précis. Un thème général peut contenir une multitude d’actions et d’objectifs permettant d’atteindre l’objectif général.



3] La durée des actions

L’organisation est primordiale. Préparer son travail, c’est d’ores et déjà mettre en place le début et la fin du projet tutoré. Exemple : mai 2022 à juin 2022


Cela ne s’arrête pas là ! Il faut également définir la durée de chacune des actions inscrites dans votre document. Si l’intégration d’un nouveau collaborateur se déroule globalement sur 2 mois : comment se déroule chacune des semaines ou certaines journées et évidemment, combien de temps prendra chacune des actions (1 heure – 1 jour - 1 semaine). Les projets tutorés peuvent être mis en place par les tuteurs sur une durée assez longue.


4] Le suivi du tutorat

La structure, le tableau créé pour organiser le projet tutoré, doit aussi servir aux suivis des objectifs pédagogiques. Le tuteur et le collaborateur ont tous deux accès à une version du tableau.


D’un côté, le tuteur : La tâche ou action à effectuer a-t-elle ou non été réalisée, abordée ? De l’autre, le retour collaborateur : a-t-il réussi à accomplir les objectifs prévus ? Que faut-il améliorer ?


Finalement...


Mettre en place un tutorat permet d’une part, de motiver ses nouveaux salariés à apprendre et évoluer avec l’entreprise. D’autre part, la fidélisation des salariés expérimentés qui souhaitent rester dans l’entreprise.


Malgré le fait qu’ils soient compétents, ces derniers continuent d’apprendre au contact des autres. :’)


Ne serait-ce pas un premier pas vers l’entreprise apprenante ?
 

Abonnez-vous à notre newsletter !