• Alexis Mahalin

Le blended learning, quelle différence avec l’apprentissage mixte



Existe-il une différence entre le blended learning et la formation mixte ?



En France, le blended learning est mangé à toutes les sauces. Cet anglicisme est traduit en français par l’apprentissage mixte, la formation hybride, l’hybridation de formation et même la formation blended. Ces termes désignent en réalité une seule et même formule pédagogique : la combinaison de séquences de formation.


Depuis la crise sanitaire du COVID-19 en janvier 2020, les formations et cours en ligne ont explosé. Les Français étant contraints de rester chez eux, les enseignants-formateurs ont dû rapidement s’adapter et agir en conséquence. Malheureusement, cette transition pour nombre d’enseignants-formateurs a été catastrophique (dépression, isolement, abandon des cours et formations en ligne). Les modalités, les normes n’étant pas les mêmes entre le présentiel et le distanciel, la transition a été faite dans l’urgence d’une situation sanitaire par des enseignants, formateurs qui n’y connaissaient rien. Ils ont dû apprendre à manier de nouveaux outils et de nouvelles plateformes autrefois inconnus pour un grand nombre d’entre eux.


Depuis, force est de constater que les innovations faites dans ce domaine sont prodigieuses et présentent de nombreux avantages. Les ingénieurs pédagogiques ont pu innover et aider les entreprises à concevoir leur parcours de formation grâce à des méthodes et des outils divers et variés ! Les ressources ne sont pas ce qui manque !


D’où vient l’expression « apprentissage mixte » ?



Le blended learning apparaît dans les années 1980 avec l’arrivée progressive des ordinateurs (IBM 5150 par exemple). L’ordinateur, véritable révolution mondiale dans beaucoup de secteurs d'activité, devient, peu à peu, un incontournable pour la formation et l’apprentissage. Cet outil numérique a permis de diversifier les méthodes d’enseignement et l’expérience des apprenants et collaborateurs. De ce fait, l’enseignement en présentiel n’était plus la seule option ! Et, il ne faut pas oublier que cette méthode d’enseignement comporte plusieurs avantages pour le formateur également lors de la conception de ses cours en elearning.


Néanmoins, les innovations technologiques et pédagogiques n’ont pas toujours été celles que l’on connaît aujourd’hui. Dans les années 1960, le blended learning disposait de deux modalités : mixer le présentiel (salle de classe) avec l’asynchrone distanciel (l’auto-formation). On n’évoquait pas encore vraiment de « modules elearning » ou de « formation hybride » à proprement parlé.


De nos jours, le présentiel synchrone peut être remplacé par une autre modalité : le synchrone distanciel introduisant la classe virtuelle ou le board collaboratif (type Klaxoon). Depuis la pandémie on entend beaucoup plus parler des formats à distance.


La formation asynchrone quant à elle, a démultiplié ses possibilités digitales en proposant aux apprenants des MOOC (Massive Online Open Source), des micros learning, des serious games ou plus récemment, de la réalité virtuelle ou augmentée. Le concept de la ludopédagogie.


« A-t-on réellement besoin de toutes ces modalités d’apprentissage ? »

La réponse est simple : absolument !



Si d’autres modalités font leur apparition, elles permettront au blended learning d’évoluer et de proposer des solutions mieux adaptées aux besoins des apprenants. Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui, nombre d’individus ne travaillent plus derrière un bureau et ont pour la plupart des environnements de travail bien différents. L’émergence de ces méthodes d’apprentissage asynchrones couplées avec les modalités synchrones permettent la mise en place d’une formation blended adaptée non seulement aux besoins mais surtout aux contraintes et niveaux des apprenants. C’est une toute nouvelle expérience pour le formateur et les apprenants.


Les recherches en psychopédagogie, neuropédagogie et autres domaines liés à l’apprentissage, nous ont permis d'en apprendre davantage sur la manière dont l’humain apprend. La formation mixte est donc capable de s’adapter en intégrant dans son architecture pédagogique, des modalités adaptées aux objectifs des entreprises et à l’environnement de travail de ses collaborateurs-apprenants.


Le blended learning a-t-il fait ses preuves ?


L’apprentissage mixte est une méthode très appréciée des entreprises. De même pour les collaborateurs apprenants qui préfèrent apprendre seuls et à leur rythme. “Préférer apprendre seul” ne signifie pas qu’ils n’aiment pas apprendre de façon collaborative. Néanmoins, l’apprentissage en groupe est différent et nécessite d’autres moyens de motivation et d’engagement. La méthode du peer-to-peer learning (apprentissage par les pairs) peut s’avérer très efficace. De plus, n’hésitez pas à encadrer la formation pour qu’elle ne s’éternise pas. Lorsqu’il n’y a pas de date buttoir pour terminer son/ses module(s) en ligne, les apprenants ont tendance à laisser traîner.


Autre point à aborder, les technologies numériques ! Elles évoluent constamment et le blended learning ne fait qu’en profiter. Des contenus de formation plus ergonomiques (responsive design), des scénarios gamifiés de plus en plus aboutis et motivants mais également un dynamisme de plus en plus important (interactivité avec le support d’apprentissage). Tout cela grâce à la gamification.



Le blended learning a d’ores et déjà fait ses preuves, que ce soit du point de vue de l’apprenant ou de l’entreprise. La formation mixte permet à l’apprenant de développer son autonomie, son organisation mais aussi de le responsabiliser. Pour l’entreprise, il y a un sacré avantage ! La réduction des coûts de formation. On sollicite moins les acteurs de la formation, ce qui fait gagner du temps et donc de l’argent. Quand on parle d’argent, et plus particulièrement de réduction des coûts, c’est forcément une opportunité pour l’entreprise.


Bien évidemment, le blended learning possède quelques inconvénients :


L’absence de contact permanent, la solitude partielle qui peut vite faire son apparition lorsqu’on se retrouve seul devant son module de formation. Les ingénieurs pédagogiques ou concepteurs sont là pour concevoir des modalités qui vont motiver l’apprenant et le stimuler tout au long de sa formation pour éviter au maximum cette sensation d’abandon.


La non-utilisation du numérique ! Si vos modules elearning sont trop compliqués, pas adaptés, mal conçus, l’apprenant n’aura pas commencé qu’il n’aura déjà pas envie de s’intéresser à votre formation. Pour former un collaborateur, il faut que lui-même sache pourquoi il se forme. Si cela ne l’intéresse pas et qu’il n’y voit aucune utilité pour sa carrière professionnelle, c’est déjà mal engagé.


Il convient donc de réfléchir à la mise en place de la formation en partant du besoin, de l’objectif pédagogique à atteindre, en passant de la réflexion architecturale jusqu’à la conception et production des différents supports de la formation. Apprenez à utiliser intelligemment vos ressources pour atteindre tous vos objectifs, pédagogiquement parlant.

Innovation ou désastre pédagogique ?



Vous l’aurez compris, le blended learning, l’apprentissage mixte ou autres appellations sont en réalité autant de termes pour désigner un même objectif : celui de mixer les modalités d’apprentissage en fonction des besoins et des contraintes de la formation. Le but étant d’adapter le choix des méthodes d’apprentissage en fonction des besoins constatés !


De ce fait, le blended learning est déjà une véritable innovation pédagogique et continuera de l’être. Choisir les bonnes modalités, réfléchir à la mise en place et au déroulé de sa formation, gamifier ses contenus, motiver, sont autant de facteurs à prendre en considération lors de la création d’un parcours en blended learning.


Cependant, mal conçu, le blended learning peut véritablement être un désastre pédagogique qui ne permettra pas la montée en compétences de vos apprenants. Si vous souhaitez passer au digital, n’oubliez pas de vous équiper d’une plateforme LMS pour pouvoir suivre l’avancement de vos apprenants lorsqu’ils évoluent à distance.



Notre conseil : LE FOND AVANT LA FORME


Si vous souhaitez favoriser la montée en compétences de vos collaborateurs, nous n’avons pas meilleur conseil que celui-ci !

 
abonnez-vous à notre newsletter POUR recevoir, chaque mois, les actualités sur la digitalisation !